La valeur économique du Réseau Zec

Une analyse de la demande sociale et de la contribution des écosystèmes au bien-être des collectivités. Réalisée conjointement avec l’Université du Québec en Outaouais, l’Université Laval, l’Université de Sherbrooke, Mitacs accélération, le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, ainsi que les 63 zecs de chasse et pêche.

  • Réseau Zec - Une richesse accessible

    Au courant des deux dernières années, l’Université du Québec en Outaouais, l’université Laval, l’université de Sherbrooke, Mitacs, le Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs, les 63 zecs de chasse et pêche et Zecs Québec ont collaboré à une étude sur la valeur économique du Réseau Zec. Cette valeur s’inspire des trois aspects du développement durable; l’intégrité de l’environnement, l’équité sociale et l’efficience économique. Avec ses 48 000 km2, les zecs forment le plus grand réseau faunique et aussi, le plus fréquenté. Les résultats de l’étude démontrent que les utilisateurs de zec génèrent d’importantes retombées économiques à la grandeur de la province. De plus, les sols et les forêts des zecs contribuent non seulement à la biodiversité, mais également à la préservation d’une planète en santé et à une réduction des gaz à effets de serre. Par la suite, Zecs Québec a analysé les tendances de chasse et de pêche dans la province du Québec, mais aussi dans le Réseau Zec afin de cibler les activités de chasse et pêche qui méritent d’être mieux mit en valeur.

  • La demande sociale pour l’aménagement du Réseau Zec

    En 2017, 80 850 familles ont fréquenté les territoires du Réseau Zec.
    Les activités de pêche, de chasse et de plein air pratiqués dans les territoires des zecs ont généré des retombées de 35 millions. En incluant le chiffre d’affaires des zecs (19 M$), les retombées économiques des activités récréotouristiques des zecs ont atteint 54 millions en 2017.

  • La valeur économique des services écosystémiques des zecs

    Cette étude décrit la théorie, la méthodologie et les résultats d’une démarche visant à faire une première évaluation des services écosystémiques (SE) fournis par la biodiversité et les écosystèmes présents sur le territoire du réseau des zecs.

  • Recensement d’observation d’espèces fauniques et floristiques sur le territoire cible

    Cette présente étude souhaite documenter un service écosystémique de soutien généré par les territoires forestiers des zecs soit la présence d’espèces floristiques et fauniques à statut susceptible, menacé ou vulnérable (SMV). Bien que ce service écosystémique n’offre pas de retombés directs à la population, celui-ci demeure un service essentiel pour le maintien et la mise en valeur de la biodiversité du Québec. Dans ce sens, cette étude a pour but de dresser un premier portrait des divers habitats ayant un potentiel d’abriter ce type d’espèces pour l’ensemble du territoire des zecs.

  • La conciliation des usages et les enjeux conflictuels dans l’utilisation des ressources naturelles dans les zecs

    Cette étude fait un survol des conflits et des enjeux conflictuels présents sur le territoire des zecs. Elle offre un portrait général de la situation dans les zecs en termes de conflits d’usage et souligne certaines particularités régionales identifiées lors de la recherche. Cette recherche vise aussi à présenter les différentes stratégies utilisées par les gestionnaires pour harmoniser les activités présentes sur leur territoire avec les principes de leur organisation : 1) conservation de la faune, 2) accessibilité à la ressource faunique, 3) participation des usagers et 4) autofinancement des opérations.