La Fête du chasseur, un incontournable à Forestville

Chaque année, depuis 24 ans, les amateurs de chasse de Forestville et des alentours se rassemblent pour célébrer la Fête du chasseur. Une fête qui a rassemblé 450 personnes au complexe Guy Ouellet, le 19 octobre dernier. Une soirée enlevante, où les rythmes populaires du groupe Wet Floor ont fait danser en ligne, chasseurs et chasseuses, jusqu’aux petites heures du matin.

Comme chaque année, les histoires de chasse sont à l’honneur. Et pour leur donner un peu de véracité ou simplement pour les rendre encore plus abracadabrantes, un concours de panache est organisé. Les chasseurs du plus gros et du plus beau panache remportent la palme. Cette année, M. Dominic Harvey, avec son panache de 46 pouces, est reparti avec le premier prix et 500 $. M. David St-Gelais, pour sa part, a récolté les honneurs du plus beau et un montant de 400 $.

À en croire le nombre de têtes d’orignaux exhibées près du centre communautaire, la saison de la chasse a été bonne. Selon Catherine Simard, directrice des opérations à l’Association de chasse et pêche de Forestville, la récolte s’élève à 109 bêtes, dans la zec seulement.

La zec de Forestville a aussi profité de l’occasion pour remercier ses généreux donateurs qui investissent chaque année dans l’ensemencement de plans d’eau. Cette année, un tirage totalisant près de 3 000 $ en prix leur était réservé.

La Fête du chasseur est aussi l’occasion pour encourager la relève. Une mention spéciale a été faite à Joël Desbiens, 14 ans, fils d’Éric Desbiens, pour avoir abattu son premier orignal. Selon Catherine Simard, présente lors de cette soirée, on pouvait lire la fierté dans ses yeux.

Il faut également souligner le travail de 42 bénévoles dans l’organisation de cette activité. Sans eux, un tel succès n’aurait pas été possible.

En plus d’être l’occasion de partager une même passion et de créer des liens entre chasseurs, la Fête du chasseur est aussi une soirée-bénéfice. Les profits récoltés sont remis à l’Association de chasse et pêche de Forestville et à l’Association des pompiers de Forestville pour mener à bien leurs activités.

Par Audrey Painchaud en collaboration avec Catherine Simard, Association de chasse et pêche de Forestville

Gracieuseté du Journal Haute Côte-Nord
Page36
Page37